15 août 2021
kikaya-bin-karubi.jpeg

Dans le collimateur de la justice depuis la révélation de l’affaire des cartes bancaires liées directement au compte du Trésor public, l’ancien secrétaire particulier et Conseiller spécial en charge de diplomatie de Joseph Kabila, Kikaya Bin Karubi a « fui en bateau » vers un pays de l’Afrique australe.

Selon le Magazine Jeune Afrique, Kikaya Bin Karubi était « invité à se présenter au cabinet de travail de l’avocat général du parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Gombe le 25 juin ». L’ancien conseiller de Joseph Kabila « a quitté Kinshasa dans la nuit du 23 au 24 juin ».

« Il a d’abord fui vers Muanda, dans la province du Kongo-Central, avant de se diriger, en bateau, vers un village de pêcheurs angolais nommé Nganda Kosa, entre la RDC, l’Angola et l’enclave de Cabinda », explique Jeune Afrique qui ajoute que « c’est depuis cet endroit qu’il a gagné Luanda avant de décoller en direction de l’Éthiopie puis de rejoindre son lieu actuel de résidence, dans un pays d’Afrique australe ».

L’opposant Kikaya
Ancien Député, Professeur au Département des Sciences de l’Information et de la Communication à Université de Kinshasa, Faculté des Lettres, Barnabé Kikaya Bin Karubi est depuis longtemps dans le cercle fermé de Joseph Kabila. Il connait l’homme et sa pensée. Membre influent du FCC, Kikaya sait que la rupture est consommée avec Félix Tshisekedi. Il sait aussi qu’il faut une autre stratégie vis-à-vis de l’actuel pouvoir et vis-à-vis de la population. Alors que certains dans sa famille politique n’osaient même pas prononcer le mot opposition, lui, il avait présenté même le sens de ce que sera cette opposition dans laquelle ils se trouvent déjà.

« En effet, ce ne sera pas une Opposition autoproclamée comme l’a été 37 ans durant l’Udps de 1982 à 2019. Ce sera une Opposition parlementaire issue des urnes et, à quelque chose malheur est bon, rendue compacte après la requalification de la Majorité parlementaire ayant tout du patchwork qu’elle était jusque-là », disait-il sur son blog début 2021.

Stéphie MUKINZI

src: https://www.politico.cd/encontinu/2021/08/12/dans-le-viseur-de-la-justice-kikaya-bin-karubi-fui-en-bateau.html/90233/


26 mai 2021
Robert-Seninga.jpeg

Le Président de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu Robert Seninga vient d’être arrêté et écroué sur ordre du Gouverneur militaire, le Lieutenant-Général Constant Ndima.
Selon diverses sources, Robert Seninga est soupçonné de collusion avec le groupe armé islamiste des ADF.
Dans une déclaration faite le 31 mars 2021, Robert Seninga avait répondu au président de l’Assemblée Nationale de la RDC Mboso à propos de son exhortation aux députés de quitter les groupes armés en ces termes:
« Je pense qu’il n’y a pas de députés qui sont dans les groupes armés. Le président de l’Assemblée nationale avait appelé à la conscience de tout un chacun d’aller mobiliser ses pairs. Comme vous le savez, ce sont les enfants de la province qui sont égarés et qui commettent ces bavures. Nous en tant que leaders d’opinion, nous devons fournir des efforts pour les sensibiliser à quitter ces salles besognes et répondre à l’appel du chef de l’État pour contribuer au développement de notre pays », avait-il indiqué.
La semaine dernière, le Gouverneur militaire du Nord-Kivu, nommé à la tête de la province dans le cadre de l’état de siège décrété dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, avait annoncé l’imminence de l’arrestation de plusieurs suspects civils et militaires, soupçonnés d’intelligence avec des groupes armés.
Sortez des groupes armées chers politiciens!

1 mai 2021
willy_bakonga_devant_cour_cassation_jpeg_640_350_1.jpeg

IL EST 23h58 À KINSHASA, LE 29/04/2021 , LE VERDICT VIENT DE TOMBER, WILLY BAKONGA WILIMA EX-MINISTRE DE L’EPST, EST CONDAMNÉ À UNE PEINE DE SERVITUDE PENALE DE 3 ANS ET AU PAIEMENT D’UNE AMENDE DE 90.000$. SON FILS JOËL BAKONGA EST AUSSI CONDMANÉ À UNE PEINE DE SERVITUDE PENALE DE 6 MOIS ET AU PAIEMENT D’UNE AMENDE DE 45.000$!!!
Les préventions suivantes ont été retenues à l’encontre de monsieur Willy Bakonga et son fils, à la cour de cassation :
1. Transfert illicite des fonds vers l’étranger (lutte contre le blanchiment)
2. dissipation de l’origine des fonds. Voilà les deux préventions.
Contrairement aux rumeurs sur les réseaux sociaux, Willy Bakonga avait sur lui à Brazzaville, seulement 30600 $, selon le PV de l’OPJ du Congo Brazzaville, il n’avait pas 2 millions tél qu’il a été véhiculé sur les réseaux sociaux.
La cour a ordonné la confiscation d’argent saisi à Brazzaville et une arrestation immédiate de ces deux condamnés.
En tout cas, l’état de droit eza elingi. Il faut noter que l’homme n’en a pas encore fini avec la juste, il fera face au procès pour les détournements des fonds et les écoles fictives.
Peut être une image de intérieurPeut être une image de une personne ou plus, personnes debout et intérieur

21 avril 2021
Dieudonne-Kaluba-Dibwa.jpg

Le juge Dieudonné Kaluba a été élu ce mardi 20 avril président de la Cour constitutionnelle de la RDC. C’est au terme d’une élection préparée par le Conseil supérieur de la magistrature et le Président de la République. Ce dernier a d’ailleurs reçu la semaine dernière les juges de la haute Cour. Le président de la Cour constitutionnelle est investi après son élection, par une ordonnance présidentielle.

Dieudonné Kaluba, un professeur d’Université s’est fait remarquer dans l’opinion en 2020 lors du procès dit de 100 jours qui impliquait Vital Kamerhe alors Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. M. Kaluba défendait la République.

Il a été nommé en juillet 2020 comme juge de la Cour constitutionnelle avec trois autres juges. L’ordonnance présidentielle de leur nomination était vigoureusement rejetée par le FCC de Joseph Kabila qui parlait d’une violation de la constitution.

Les trois juges dont Dieudonné Kaluba avait prêté serment en octobre de la même année. Cérémonie qui était boycottée par les présidents de deux chambres du parlement: Alexis Thambwe Mwamba et Jeanine Mabunda, respectivement à l’époque président du sénat et président de l’Assemblée nationale. Des tensions récurrentes qui avait conduit Félix Tshisekedi à rompre la coalition avec son prédécesseur Joseph Kabila.

Src: actualite.cd


5 mars 2021
evariste-boshab.jpeg

Le sénateur Evariste Boshab est officiellement Propriétaire du bâtiment qui abrite les bureaux du conseil Économique et social, mais ce n’est pas son bâtiment, cette bâtisse appartient à l’état congolais!
Ce bâtiment est une propriété de L’ONATRA, mais spolié par le Sénateur Evariste Boshab, un cadeau que le pouvoir de Joseph Kabila lui avait offert, lorsque Joseph Kabila créa cette structure du conseil économique et social, pour satisfaire les aigris du PPRD qui n’avaient pas trouvé la place dans les institutions !
Ce qui est grave dans ce scandale est que l’Etat congolais loue ce bâtiment à 250.000 $ par mois et c’est le Sénateur Evariste Boshab qui est payé cet argent comme propriétaire de l’immeuble. Ce conseil économique n’a aucun impact sur la vie des congolais, mais budgétivore qu’il faudra absolument dissoudre pour économiser beaucoup d’argent, qui peut être utile ailleurs. Imaginez-vous un seul instant, un bâtiment qui appartient à l’état spolié par Evariste Boshab, et l’état congolais paye à Boshab 250.000$ chaque mois pour louer son propre immeuble, quelle escroquerie ? Et cet argent l’aide à entretenir ses maîtresses au moment où le pont sur la rivière du Tshikapa dans la province du Kasaï s’était effondré il y a 5 mois, sans espoir d’être reconstruit sitôt.
Ce bâtiment est situé derrière l’immeuble de l’ANR Sur l’avenue du port/commune de la Gombe.
Mes chers compatriotes congolais voici le bâtiment pour lequel notre sénateur Evariste Boshab est payé par le trésor Public chaque mois 250.000$ alors que c’est une bâtisse de l’état congolais !
Le pouvoir de ces gens est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord, mais le temps précieux est arrivé de corriger les erreurs dans la gestion passée de la RDC, car c’est très important pour les générations futures.
Il faut absolument stopper à Evariste Boshab l’argent des loyers qu’il reçoit comme propriétaire de cet immeuble par l’état congolais, cette bâtisse ne lui appartient pas, et les poursuites doivent être engagées contre lui. N’est-ce pas que nous sommes dans un état de droit ?Peut être une image de plein air
Src: FK

28 février 2021
Félix-Tshisekedi1.jpg

Désormais, tout déplacement d’un diplomate en poste à Kinshasa est soumise à une autorisation préalable du gouvernement. C’est l’une des grandes décisions prise par le Conseil de sécurité présidée ce mardi par le Chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la suite du meurtre de l’ambassadeur d’Italie en RDC.
L’autre décision prise par cette instance de sécurité est le ferme engagement du gouvernement congolais de renforcer la sécurité dans les zones rouges.
Tous les responsables des services de défense et de sécurité réunis autour du Commandant Suprême des forces armées ont également pris l’engagement de tout mettre en œuvre afin de rechercher , trouver et traduire devant la justice les coupables de ce crime.
Ces décisions résultent des plus de deux heures d’analyse de la situation dramatique survenue à Kibumba dans le Nord Kivu.
Depuis ce lundi, le Chef de l’Etat a ordonné des recherches approfondies des responsables de ce meurtre.
Une délégation est arrivée à Goma ce mardi pour suivre de près les instructions du Chef de l’Etat.
Un autre émissaire du Chef de l’Etat Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo est attendu ce mercredi à Goma.
Ce mardi matin, le couple présidentiel est allé exprimer sa compassion et réconforter la famille éplorée de l’Ambassadeur LUCA Attanasio.
Peut être une image de 1 personne, position debout et position assisePeut être une image de 1 personne et position deboutPeut être une image de une personne ou plus, personnes debout et intérieurSource: Direction de la Communication du Chef de l’État